La nuit refermée Nicolas Jaen

Nicolas Jaen
La nuit refermée



Frontispice de Danièle Flayeux


Lèvres tues mais à nul autre, il reste l’eau des fleurs, prête à geler.
Comme le cœur. Immobile qu’une rafale affole, avec sa peur en fanion.
Qu’il crache le noyau rapporté de l’enfer, qu’on lance le berceau
Sur le fleuve, l’enfant glisse, l’or s’échoue sur une rive d’or
Sous le soleil en carats. L’
Ange, d’avoir le ciel dans les yeux et de la terre la marque brune dans le ventre.


Un volume de 80 pages, limité à 500 exemplaires sur Olin, les vingt premiers, numérotés, contenant une œuvre originale de Danièle Flayeux, qui constituent l’édition originale de La nuit refermée.




retour